logo du site
menu des rubriques - parcours
synopsis
L'institutrice
L'institutrice
L'institutrice
"L'Institutrice"

Georges Corraface dans le rôle de Pierre Rolland.
Autres rôles principaux : Claire Borotra, Matthieu Rozé.
Réalisé par  : Henri Helman.
Produit par : Telfrance pour TF1.
Distribué par : TF1.
Date : 1999.

Septembre 1948, Jeanne vient d'être nommée à Brousse, un petit village d'Auvergne, pour son premier poste d'institutrice. Elle y retrouve Henri, son ami de toujours, qui enseigne déjà dans cette école. Pour Jeanne et Henri, cette petite école de village n'est qu'une étape, ils se sont inscrits en licence de philosophie à Clermont-Ferrand et rêvent de Paris, de journalisme et d'engagement politique...

Dès les premiers jours d'école, l'attention de Jeanne est alertée par Pierre Rolland (Georges Corraface), veuf depuis la fin de la guerre et très attaché à son fils, le petit Maurice à qui elle va bientôt donner des cours. Elle cède bientôt au trouble grandissant qui s'est emparé d'elle et de Pierre et le couple entre dans une histoire passionnelle qui les éloigne du reste du monde. Jeanne sèche les cours de philosophie et s'éloigne d'Henri, qui estime que Pierre est en train de la détruire.

C'est alors qu'une amie de Jeanne qui vit à Paris, Elisabeth, lui propose de la rejoindre pour les fêtes de fin d'année. Elle veut lui présenter des amis de son mari qui est journaliste à "France Soir" et qui seraient disposés à publier des critiques de films qu'elle lui avait postées. Pierre accepte mal l'enthousiasme de Jeanne à l'idée de partir à Paris, même pour quelques jours. Il considère ce voyage comme une trahison, un abandon. Leur liaison dérape.

Jeanne étouffe sous les sentiments de Pierre; elle a besoin de se réaliser, de trouver sa voie, mais elle ne peut plus se passer de lui. La passion est en train de gagner sur la raison... Pierre devient jaloux, possessif et presque violent. En se comportant ainsi, il force Jeanne à prendre une décision.

Décembre 1948, Jeanne quitte Brousse pour les vacances, prête à prendre sa vie en mains. Elle n'y reviendra jamais.